Pueblo Viejo de Pomabamba (Mision Hirca)

Situé à 3640m sur les hauteurs de Pomabamba, le site de Pomabamba viejo également appelé mision Hirca se compose de ruines Recuay et d’un tambo inca associé au Qhapaq Ñan.

Les Tambos incas

Les tambos sont probablement les bâtiments les plus représentatifs du Qhapaq Ñan. Disséminés à tous les 15 à 30 km le long des routes, ils servaient de logement et de centre de stockage. Les tambos étaient de taille et de caractéristiques très variables, des grands tambos abritant presque tous les édifices classiques des centres provinciaux à des petits tambo composés seulement d’une callanca (bâtiment rectangulaire pour le logement de plusieurs personnes), une cancha (cour entourée de bâtiments) et de quelques enclos.

Vue d’ensemble de Pomabamba vieja

Comment s’y rendre

Depuis Pomabamba : Depuis Pomabamba une piste secondaire se rend vers le col de Palo Seco en suivant le tracé du Qhapaq Ñan. En taxi, compter environ 40 min pour monter jusqu’aux ruines de Mision Hirca. Il est également possible de monter à pied depuis Pomabamba (5km +650m).

La randonnée

De Pomabamba localiser le colisée, à une cuadra une piste monte en direction N/E, suivez la piste en empruntant l’ancien sentier qui coupe les virages. En arrivant sur un petit plateau le sentier bifurque vers le Nord avant d’atteindre les ruines du Tambo. Pour rejoindre la partie haute des ruines dépasser le tambo en suivant le Qhapaq ñan, un peu plus haut la route inca part à gauche et l’autre chemin préhispanique d’époque Recuay part à droite et relie les différents secteurs pré-incas du site.

Séchage du maïs sur un balcon de Pomabamba

Chronologie

Le site a été d’abord occupé par les Recuay probablement entre 400 et 800. On sait que sur le site de Yayno, les archéologues n’ont pas retrouvé d’indices d’influence Huari (céramiques ou chullpas), on peut alors imaginer que cette zone isolée aurait été imperméable au phénomène Huari voir partiellement abandonnée durant l’horizon moyen.

Mur Recuay

La vallée a ensuite été occupée par les incas et elle est traversée par le tronçon longitudinal principal des Andes. Les incas ont réoccupés la partie inférieure de Pomabamba viejo pour construire un tambo en remodelant ou réutilisant peut être d’anciens édifices.

Le site a été décrit dans les chroniques de Pedro Cieza de Leon

« A seize lieues se trouve la province de Piscobamba où il existait un tambo ou gite destiné aux seigneurs, de pierres un peu larges et très longues. »

Pedro Cieza de León

Visite

Aujourd’hui le site de Mision Hirca est largement recouvert par la végétation, le secteur Recuay est dissimulé sous des arbustes et hautes herbes, quant au secteur inca il est presque entièrement dissimulé sous une petite forêt.

La couverture végétale sur le site archéologique

Les études de surface effectuées sur le site ont montré une présence abondante de céramique Recuay. La zone Recuay est composée de 9 secteurs différents, les bâtiments sont fortement endommagés. Cette partie des ruines est située en amont du site inca et légèrement excentré du Qhapaq ñan. Les différents secteurs sont connectés entre eux par un chemin préhispanique de taille inférieure au Qhapaq Ñan en assez bon état, ce chemin reliait probablement Pombamba viejo à Yayno qui était probablement la capitale ou le site principal de la vallée.

Chemin préhispanique

Les sites présentent des caractéristiques classiques de l’architecture Recuay, ainsi ils occupent le sommet des collines, présentent des édifices rectangulaires, carrés ou circulaires, utilisent la technique de la superposition de grandes pierres « huanca » entourée de petites pierres « pachilla » et présentes des éléments défensifs comme des fossés, des hauts murs et des parapets. Nous avons également constaté l’existence d’un canal d’irrigation en bon état près du secteur Alpamayo.

Canal d’irrigation à Mision Hirca
Des monticules de pierres énigmatiques
Jatun torre, sur la partie haute du site archéologique

La partie du Tambo inca organisé autour d’une grande place comporte 3 secteurs

Secteur I

Ce secteur est isolé des 2 autres et situé au sud est. Il est composé de 2 groupes d’édifices.

Groupe 1

Deux bâtiments disposés côte à côte avec un mur qui entourait peut être un patio. Un troisième bâtiment de dimensions supérieures se trouve à l’écart des 2 premiers.

Groupe 2

Composé d’une cancha : une cour entourée de quatre bâtiments, ainsi que deux longs édifices isolés.

Secteur II

Il est situé à côté du chemin inca sur une petite colline. Ces deux groupes de bâtiments étaient probablement destinés à des activités spécifiques.

Groupe 1

Composé de 3 grands bâtiments d’environ 17x5m distribués autour d’un patio et d’un petit bâtiment semi enterré, peut être les restes de bains incas.

Groupe 2

Situé tout proche du groupe 1, il se compose d’un patio et de 3 bâtiments. L’ensemble est de petite taille et les bâtiments mesurent environ 6.5x3m. 2 murs périphériques entourent l’ensemble qui était probablement à accès restreint. Les toits avaient une double pente.

Secteur III

Situé sur les collines en face du secteur II, il est composé d’un grand groupe de bâtiments et de deux édifices circulaires.

Groupe 1

Il était apparemment composé de 4 édifices rectangulaires disposés autour d’un patio, mais il ne reste que 2 bâtiments ainsi que les bases d’un troisième.

Groupe 3 et 4

Ces édifices circulaires sont d’époque Recuay et montrent que le site pré-inca s’étendait probablement jusqu’au ruines incas.

Groupe 5

Ce grand édifice mesure 78x22m. Son intérieur se divise en 2 rangs contenant respectivement 6 et 8 pièces. Il n’existe ni couloir ni porte pour transiter à l’intérieur du bâtiment. Les archéologues appellent ce type de bâtiment « édifice orthogonal ». Adossé à lui se trouve un autre édifice de 25×25 m.

Vue aérienne du secteur III de Mision Hirca

Usage de Mision Hirca

Le site de misión hirca se trouve associé au Qhapaq Ñan. Bien qu’il ne comporte pas d’éléments associés aux grands centres incas (grande place, ushnu, édifices monumentaux ou architecture fine), on trouve des canchas ainsi qu’une structure orthogonale qui sont généralement associées aux routes incas.

Mision Hirca se trouvait dans un secteur stratégique et aurait été destiné au contrôle de la zone. Il a pu servir comme tambo et être contrôlé par un curaca afin d’administrer la production agricole de la vallée ainsi que les zones de pâturages situées plus haut.

Il était probablement sous la supervision de Huánuco pampa, le centre administratif provincial inca le plus proche.

Chaque secteur du site aurait pu accomplir une fonction différente et de la nourriture était probablement stockée ici de manière provisoire avant un transfert vers Huánuco Pampa, voir jusqu’à Cusco.

La structure orthogonale fait encore débat quant à sa fonction, certains historiens estiment qu’il s’agit de bâtiments destinés à stocker de la nourriture, d’autres pensent qu’ils servaient d’enclos.

Le Saviez-vous ?

  • Les historiens estiment qu’il aurait pu exister plus de 1000 tambos le long du réseau de routes incas.
  • Mision Hirca fait partie de centaines de tambos laissés à l’abandon le long du tronçon longitudinal andin du Qhapaq Ñan.
  • Les ruines s’étendent entre 3500 et 3800m sur une crête de plus de 3,5 km.
  • Sur le site archéologique, le petit chemin préhispanique traversant les ruines est aujourd’hui mieux conservé que le tronçon principal du Qhapaq Ñan situé en contrebas en envahi de végétation.

Infos pratiques

  • Prix d’entrée : Gratuit
  • Type d’accès : Taxi ou Randonnée.
  • Temps d’accès : 40 min en taxi
  • Département/Province : Ancash/Pomabamba
  • Altitude : 3640m
  • Ville de départ suggérée : Pomabamba
  • Temps de visite : 2 à 4h
  • Service de guide : Non
  • Service de muletiers : Non
  • État du site : A l’abandon, presque entièrement dissimulé sous la végétation
  • Musée de site : Non

Sources

VIDAL ESPINOZA, EFRAIN. Misión hirka un asentamiento inca en pomabamba. In: Revista Académica UNASAM. Universidad Nacional Santiago Antúnez de Mayolo. 2016. Volumen 3, N° 5. Pag. 173-174.

VIDAL ESPINOZA EFRAÍN. Asentamientos Recuay en la margen izquierda del rio pomabamba : Una aproximación preliminar. Universidad Nacional Santiago Antúnez de Mayolo.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.