Tucume

Le site des pyramides de Tucume est situé dans la basse vallée du rio la leche dans la région de Lambayeque. Emblématique des Lambayeques, c’est le dernier et le plus grand site de cette civilisation généralement mal connue du grand public.

Si le site est un peu frustrant pour le visiteur car on ne visite qu’une toute petite partie, il reste toutefois un site majeur du Nord Pérou, indispensable pour découvrir la civilisation Lambayeque à travers son musée et la huaca las balsas. Bien que Tucume ait suicidé l’intérêt des archéologues depuis 1925, les fouilles ont été peu nombreuses et il reste encore beaucoup à découvrir !

Lambayeque est une civilisation du Nord Pérou qui s’est développée de la vallée de Chicama au Sud jusqu’à la vallée de Piura au Nord. Son épicentre se trouvait dans la vallée de Lambayeque. L’influence des civilisations andines Wari et Cajamarca mélangée aux restes culturels des Moches donnera naissance aux Lambayeques qui apparaissent dans les années 700, après la chute des Moches. En 1375, la région est conquise par les Chimus qui s’étendent vers le Nord et le Sud pour finalement devenir le plus grand royaume de la côte. Les incas finissent par conquérir la zone en 1470 puis les espagnols arrivent en 1532. Dans une chronique de 1547, Pedro Cieza de Leon décrit le site comme totalement ruiné et abandonné.

Tucume fait partie d’une seconde phase de Lambayeque, en effet la première capitale de cette civilisation fut Batan Grande (aussi appelé Sican) entre 700 et 1100, puis ce site fut incendié et abandonné suite à des pluies torrentielles dévastatrices. Tucume devient alors la capitale des Lambayeques puis sera réutilisé comme centre de pouvoir régional par les Chimus puis les Incas. Selon les chroniques qui relatent l’arrivée de Naymlap l’ancêtre légendaire des Lambayeque (article à paraître !), c’est Cala, un descendant de Naymlap qui fondera Tucume.

Vue de la ville actuelle de Tucume avec à gauche la Huaca del pueblo

Le site s’articule autour du cerro Purgatorio (aussi appelé cerro la raya), la montagne tutélaire. Du coté Nord se trouve l’architecture monumentale et les plus grandes huacas. Du coté Sud, les édifices sont de taille plus modeste et on trouve les cimetières, les zones résidentiels et de production métallurgique et céramique.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Depuis Lambayeque ou Chiclayo : Le plus simple est de prendre un taxi et de négocier une excursion aller-retour avec attente sur le site, cela ne devrait pas coûter plus de 180-200 Soles (Le péage fait monter le prix !). Comptez 1h de route depuis Chiclayo en taxi et 45 min depuis Lambayeque. Sinon de Chiclayo vous pouvez rejoindre Lambayeque en combi (S/.1) ou en taxi (S/.15-20), c’est l’occasion de visiter les indispensables musées Tumbas Reales de Sipan et Bruning au passage. De la route principale (panamericaine), des combis se rendent vers Tucume et Illimo (S/.2.5). Arrivé à Tucume, prendre une moto vers le site archéologique (S/.3-5), en route ne manquez pas d’admirer l’immense Huaca del Pueblo situé à la sortie de la ville. En transport public compter 1h30 à 2h de transport depuis Chiclayo.

Huaca del pueblo, vue depuis le mirador de Tucume

LA VISITE

Les circuits de visites

Le billet d’entrée propose deux circuits le A et le B.

Le circuit A inclus le musée et la Huaca las balsas, la seule structure aménagée pour recevoir des touristes (on ne peut malheureusement pas accéder aux immenses pyramides). Attention il y’a 1,5 km entre l’entrée du site et la huaca las balsas, prendre à droite à l’entrée du site et suivre le chemin (il passe par des maisons et fermes avec des animaux). Vous pouvez également demander à une moto de vous emmener jusqu’à Las balsas.

Le circuit B inclus le musée et l’accès au mirador du cerro Purgatorio qui offre une vue imprenable sur les principales pyramides et notamment la Huaca larga et la huaca 1. Attention la montée au mirador est parfois difficile à cause de la chaleur, je recommande de le visiter cette partie en début ou en fin de journée.

Si vous avez du temps et de l’énergie pour monter au mirador, il est fortement recommandé de prendre le billet intégral. Les lumières de fin de journée sont spectaculaires au mirador.

Notez que la présentation suivante est une présentation générale du site de Tucume, en réalité la majorité des zones décrites ne sont pas accessibles au public. Normalement à partir de 2020 de nouveaux secteurs devraient être ajoutés au circuit de visite.

Plan du site archéologique de Tucume

Les pyramides

Construites en briques d’adobes, ce sont des pyramides tronquées dont la base est entièrement pleine. Comme chez les Moches, les briques étaient marquées d’un symbole indiquant une marque de fabrique, probablement un moyen de contrôler le paiement d’un tribut. On a retrouvé les ateliers de fabrication des briques aux alentours du site avec les restes des campements des artisans. Chez toutes les civilisations du Pérou pré hispanique, les pyramides et temples s’élevaient petit à petit à travers divers phases de construction superposées correspondant à des dirigeants ou des changements politiques ou religieux. A Tucume on a identifié jusqu’à 7 phases constructive dans les édifices.

Les édifices Lambayeque étaient finement décorées avec des dessins en reliefs et des couleurs (rouge, jaune, vert). Les pyramides de Tucume possédaient à chaque angle, des pointes dépassant les unes au dessus des autres, cette décoration était peut être une manière d’évoquer les ailes des oiseaux marins omniprésent dans la civilisation Lambayeque.

L’accès au sommet des pyramides se réalisait via des immenses rampes dont la plus grande mesure 150 m de long.

Les fouilles archéologiques ont démontré un usage domestique et résidentiel des pyramides, en effet a leur sommet on trouve des cuisines, des dépôts, des parcs à lamas, des déchets, etc. Certains espaces avaient également une fonction cérémonielle.

Le cerro purgatorio

Le nom signifie « montagne du purgatoire » mais il a probablement été donné par les espagnols, la montagne est également appelée cerro la raya (montagne de la raie). Comme la plupart des civilisations préhispaniques, les Lambayeques rendaient un culte à la montagne. Elle était entourée d’un muraille et aucun édifice n’a été construit sur le cerro à cette époque. Durant l’époque inca, des terrasses ornent les flancs de la montagne et des édifices cérémoniels sont construits au sommet. Le site s’articule autour de la montagne, on retrouve des cas similaires pour beaucoup de grands temples ou sites archéologiques préhispaniques qui sont construit adossés à une montagne sacrée ou au sein d’un espace géographique sacré.

La montée au cerro purgatorio

La Huaca 1

La huaca 1 est l’un des édifices principaux de Tucume. L’accès au sommet se faisait par une rampe de 100m de long puis via un chemin en zigzag. Cette pyramide fut un centre de pouvoir politique qui fonctionnât jusqu’à l’époque inca. Les constructions furent détruites par un incendie probablement lors de l’abandon du lieu, autour de 1533 lors de la capture de l’inca Atahualpa par les espagnols. Cet édifice est l’un des rares à avoir été fouillé par des archéologues, ce qui a permis de déterminer que ce lieu servait de résidence pour les seigneurs locaux entouré de leur cour.

Des archéologues au travail sur la Huaca 1

Une grande partie des espaces intérieurs étaient donc d’usage domestique mais il existait également des espaces religieux avec des murs ornés de décorations en relief et en couleurs. Les céramiques et objets retrouvées indiquent que Tucume opérait des échanges avec des régions lointaines comme l’Amazonie ou l’Equateur.

Vue de la Huaca 1

La Huaca las Balsas

Ce petit temple situé au Sud-Est du site a été largement fouillé. A l’heure ou j’écris ces lignes c’est le seul bâtiment de Tucume à être aménagé pour recevoir des touristes. C’est aussi le seul bâtiment couvert en intégralité par une toiture moderne le protégeant des pluies et phénomènes d’El Niño. Il possède 7 phases constructives superposées. A chaque phase le temple était richement décoré avec des reliefs représentant des mythes. Ce sont ces reliefs qui ont intéressés les archéologues et donné une grande importance a cet édifice qui pourrait paraître insignifiant au milieu des immenses pyramides de Tucume. En effet les fresques liés à la nature et à l’océan (oiseaux marins, vagues, hommes-oiseau, embarcations de pêcheurs) semblent raconter les mythes des Lambayeques. Les études tendent à démontrer que certaines scènes représentent Naymlap et Ceterni, le couple d’ancêtres mythiques. On notera aussi la superbe fresque de la pêche des spondylus représentant des marins pêchant le précieux coquillage mullu (voir l’article sur le spondylus).

C’est l’occasion de nous rappeler que les Lambayeques étaient de grands navigateurs (comme les Chinchas, les Moches, les Chimus et d’autres civilisations de la côte). A l’aide de grands radeaux, plusieurs civilisations du Pérou préhipaniques opéraient un commerce de Spondylus depuis le golfe de Guayaquil. Certaines théories affirment que leurs marins auraient pu se rendre jusqu’aux îles Galapagos, à l’île de Pâques et même jusqu’en Polynésie. L’explorateur norvégien Thor Heyerdahl et son expédition Kon-Tiki réussi la traversée du Pérou jusqu’en Polynésie en 1947 à bord d’un radeau inspiré des bateaux préhispaniques.

Un radeau Lambayeque dans le dessins animé du musée de Tucume

Le temple de la pierre sacrée

Cet édifice de toute petite taille pourrait facilement passer inaperçu au sein d’un site surdimensionnée comme Tucume alors qu’il fut un temple majeur. Sa taille réduite indique une fonction religieuse exclusive, un lieu où peu de gens étaient habilités à pénétrer. Son nom provient d’une roche découverte à l’intérieur. Transporté depuis le cerro Purgatorio le bloc a été dressé à l’intérieur du temple et il était entouré par deux bancs. La porte de dimension réduite permettait seulement l’accès d’une personne à la fois et possédait un système de fermeture.

Maquette du temple de la pierre sacrée
Panneau explicatif du musée de site de Tucume

C’est ici que l’on effectuait les offrandes au dieu de la montagne ou dieu de l’eau (divinité principale de toutes des civilisations andines dont la forme et l’aspect varie au gré des civilisations) matérialisé par le morceau de roche du cerro Purgatorio. Des nombreuses offrandes furent découvertes dans le temple : une centaine d’objets en miniature en cuivre argenté, des minis tissages, des lamas et des coquillages. De plus on a retrouvé une grande quantité de sacrifices humains autour du temple et lors de la conquête du site par les Chimus puis par les Incas, le temple de la pierre est resté un lieu de haute importance.

L’intérieur du temple

Les archéologues ont ainsi retrouvés des sacrifices humains incas accompagnés de figurines en argent ou en spondylus. Grâce aux études ethnohistoriques et aux nombreuses découvertes de sacrifices dans le Sud Pérou, au Chili et en Argentine, on ne peut s’empêcher de remarquer la similitude des offrandes caractéristiques de la cérémonie de la Capac Cocha (article à paraître !) durant laquelle des enfants étaient envoyés depuis Cusco aux quatre coins du Tawantinsuyo afin d’être sacrifié aux principales huacas régionales.

Offrande inca découverte au temple de la pierre sacrée

Huaca Larga

La huaca larga est le plus grand édifice de Tucume, c’est également le plus grand édifice en adobes du Pérou avec ses 700m de long par 280m de large et 30m de hauteur. Cette immense plateforme possède une série de patios et de places, des galeries avec des toits, des niches et des bancs. L’accès se faisait par le Nord via une rampe qui communique avec des chemins entourés de murailles en provenance de la vallée.

Vue de la huaca larga depuis le mirador de Tucume

Les archéologues ont découvert 3 époques constructives correspondant à l’époque Lambayeque puis aux l’invasions Chimu et incas. Au centre de la plateforme se trouve le temple de l’oiseau mythique dont les murs représentent un oiseau plongeant en piquée, il correspond à l’époque de domination Chimu. Comme la huaca 1, la huaca larga possédait des espaces domestiques destinés à une élite, des espaces cérémoniels ainsi qu’un atelier pour les artisans.

Temple de l »oiseau mythique – Photo : J.Pastor
Iconographie du temple de l’oiseau mythique – Source : Manual Iconográfico de Túcume y la Cultura Lambayeque

Lors de l’arrivée des incas à Tucume, la huaca larga était sans doute le lieu de pouvoir principal de la région. Ils décident alors de établir ici comme symbole de leur domination sur la région et construisent plusieurs édifices. Le temple de l’oiseau mythique est alors modifié pour former un bâtiment avec des murs de 3m de hauteur en pierre couvertes d’un enduit gris et ornée de niches. L’autre témoignage de l’occupation inca est l’ensemble funéraire composé de 22 momies. 3 d’entre eux étaient des hommes enterrés dans une pièce, les autres étaient des femmes enterrées dans des fosses dans une pièce voisine, les archéologues pensent qu’elles auraient été sacrifiées pour accompagner le personnage principal. Cet inca est mort à 30 ans, ses blessures laissent penser que c’était un guerrier et ses attributs (couronne, pectoral, parures d’oreilles, ornement en plume) montrent que c’était un personnage de haut rang. : probablement l’un des dirigeants incas de Tucume.

Le dirigeant inca de la Huaca larga

La huaca larga fut incendiée lors du processus d’abandon de Tucume. Cet incendie probablement rituel a détruit tous les toits de la huaca larga mais aussi d’autres édifices de Tucume comme le temple de la pierre sacrée.

Le musée de Site

La visite du site archéologique de Tucume débute par le nouveau musée de Tucume. Inauguré en 2014, il permet d’appréhender Tucume dans son ensemble. La première salle présente le site archéologique, ne pas manquer la superbe maquette et les vidéos présentant les différentes pyramides décrites précédemment. Sans cette reconstitution il est difficile de comprendre ce que l’on voit car les édifices sont fortement endommagés par l’érosion. Quelques vitrines présentent des céramiques retrouvées sur le site et le reste de cette salle est consacré aux traditions locales et aux habitants de la commune actuelle de Tucume.

La maquette de Tucume – Photo : El comercio

Ne manquez pas la boutique du musée où vous pourrez acheter un bel artisanat local aux motifs inspiré de l’iconographie Lambayeque. C’est l’un des rares endroit du Pérou où l’on trouve des objets en coton natif péruvien (coton naturellement beige, marron ou vert).

Une vitrine du musée de Tucume

Les oiseaux

Vous êtes dans un haut lieu de l’ornithologie du Pérou, en effet l’environnement de la forêt sèche tropicale abrite de nombreux oiseaux dont certains endémiques. Juste à côte de Tucume se trouve la réserve national de Bosque de Pomac : la plus grande forêt d’algarrobos (Prosipis Pallida) au monde (5887 hectares). Durant le chemin entre l’entrée du site et la huaca las balsas vous pourrez facilement observer de nombreux lézards et une dizaine d’espèces d’oiseaux. Ne manquez pas non plus les nombreuses petites chouettes (chevêche des terriers) qui abondent sur le site archéologique.

LE SAVIEZ VOUS ?

  • Depuis Tucume, vous pouvez accéder par une piste forestière à la réserve naturelle du Bosque de Pomac où se trouve le site archéologique de Batan Grande (aussi appelé Sican). Cet endroit est aussi un haut lieu d’ornithologie car il abrite des espèces endémiques. Article à paraître prochainement !
  • Le Tumi d’Illimo célèbre couteau cérémoniel Lambayeque tire son nom de la petite ville d’Illimo située tout près de Tucume, c’est sur le site de Batan Grande (situé sur la commune d’Illimo) que cette pièce majeure de l’archéologie péruvienne a été découverte. Lire l’article consacré aux Tumis pour plus d’informations.
  • Le site archéologique possède une zone importante dédié à des projets éducatifs et de développement local, ne manquez pas la boutique du musée qui propose un bel artisanat local développé en collaboration avec les habitants de Tucume.
  • La huaca las balsas a été fouillée et mise en valeur en 2008 et 2009 en partie grâce à un fond français (fondo Contravalor Peru-Francia).

Infos Pratiques

  • Prix d’entrée : 1 route S/.8, billet deux routes (A et B) S/.12
  • Type d’accès : Voiture
  • Temps d’accès : 1h de route depuis Chiclayo, 40 min depuis Lambayeque, 10 min à pieds depuis l’hôtel Horcones de Tucume
  • Région/Département : Région de Lambayeque/ Département de Lambayeque
  • Altitude : 43 m
  • Ville de départ suggérée : Chiclayo, Lambayeque, Tucume
  • Temps de visite : 2h30 à 3h30
  • Service de guide : Non (officiellement oui mais je n’ai jamais vu un guide à Tucume, peut être qu’il est possible d’en demander un à la billeterie…)
  • État du site : Restauré
  • Musée de site : Oui

Sources

https://rpp.pe/peru/lambayeque/nuevos-hallazgos-impulsaran-visitas-al-complejo-arqueologico-de-tucume-noticia-1134772?ref=rpp

NARVAEZ VARGAS, Alfredo. Museo de sitio Tucume : Guia de visita. Patronato del Valle Las piramides de Lambayeque, 2011. 73p. ISBN : 978-603-451148-0-5

Un commentaire sur « Tucume »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.