Les sites incas alternatifs au Machu Picchu

Autant le dire tout de suite, aucun site archéologique n’est aussi beau et imposant que Machu Picchu. Toutefois, si vous voulez ressentir ce que quelques veinards ont pu vivre en visitant le Machu Picchu avant le tourisme de masse (il y’a bien longtemps !!!), vous devrez vous tourner vers un autre site inca de la région de Cusco. Je ne listerais ici que les sites de Vilcabamba, je garde les autres pour un prochain article.
La cordillère Vilcabamba abrite de nombreux sites incas dont la plupart ont été redécouvert par Hiram Bingham lors de ses expéditions au début des années 1900. L’isolement de la région, la géographie difficile et l’accès dangereux à la région lors du conflit interne du sentier lumineux dans les années 80 et 90 ont préservé les sites archéologiques suivants du développement touristique massif.

Les informations pratiques et détaillées pour ces différents sites archéologiques seront développées dans d’autres articles prochainement.

Choquequirao

Situé dans la cordillère Vilcabamba au dessus du fleuve Apurimac à 3085m d’altitude, Choquequirao est l’un des plus beaux sites incas de la région de Cusco. Les ruines ne sont pas accessibles par la route et il faut marcher 4j a/r pour s’y rendre. La difficulté du trek et ses forts dénivelés font que Choquequirao reste relativement peu fréquenté. L’isolement du site, le camp sur les terrasses incas et les paysages sublimes lors du trek rendent l’expérience mythique.
Les ruines de Choquequirao sont très étendues et comprennent de superbes secteurs comme la place, le palais de l inca, l’ushnu, les terrasses des lamas, pinchaunuyoc, etc. 
Je recommande de visiter urgemment ce site, la fréquentation touristique augmente chaque année et la menace d’un projet absurde se téléphérique plane depuis quelques années sur Choquequirao.

Vitcos

Situé dans la région de la Convencion dans la cordillère Vicabamba, à 2700 m d’altitude, Vitcos (également appelé Rosaspata) fut un site clé de la rébellion des incas de Vilcabamba. En effet Manco inca après sa défaite lors de la bataille d’Ollantaytambo, se replie dans Vilcabamba et installe son palais à Vitcos. Depuis ce point il mènera une rébellion durant 8 ans contre les conquistadors, harcelant les caravanes voyageant entre Lima et Cusco. C’est également à Vitcos que Manco sera assassiné par les sept espagnols renégats qu’il abritait dans son palais. Les espagnols seront capturés, exécutés et leur têtes coupées exposées comme trophés à Vitcos.
Le site est composé de plusieurs bâtiments édifiés autour de la montagne de Rosaspata. Le palais de Manco et le temple de Yurac Rumi sont les deux plus grosses constructions.
Vitcos est accessible par la route, pourtant je n’ai jamais croisé un seul touriste sur le site, il faut dire qu’il faut 8h de route pour rejoindre le village de Huancacalle depuis Cusco. Sinon une superbe route de trek de 6 jours relie Choquequirao à Vitcos.

Espíritu Pampa (Vilcabamba la Grande)

Ce site perdu dans la jungle de la région de la Convención est célèbre pour être la dernière cité inca à avoir été conquise par les espagnols. Le lieu est mythique car il est l’archétype de la cité perdue sous la jungle. Bingham à redécouvert le site lors de son expédition de 1911 dont le but premier était la recherche de Vitcos et Vilcabamba la Grande. Il découvrira finalement Machu Picchu par accident puis Vitcos et Espíritu Pampa sans pour autant l’identifier comme étant Vilcabamba la Grande, la dernière cité des incas. Le nom du site d’Espíritu Pampa provient du nom local Eromboni signifiant le « lieu des esprits » en langue Machinguenga (dialecte amazonien).
Même si une route permet d’y accéder depuis quelques années, son éloignement de Cusco (environ 11h de route ou 3 jours de trek depuis Huancacalle/Vitcos) en fait un site rarement visité. Le meilleur moyen de découvrir Espíritu pampa, c’est à travers un trek de 3 jours au départ de Vitcos ou mieux au travers un grand trek de plus de 10 jours à la découverte de Choquequirao, Vitcos et Espíritu Pampa.
Ce site fut probablement construit par Manco inca durant la rébellion des incas de Vilcabamba, c’est donc le dernier site inca à être construit, postérieurement à la conquête. C’est ici que se déroula la dernière guerre entre les espagnols et l’armée de Tupac Amaru. Le 24 juin 1572, le général Sarmiento de Gamboa entre dans Vilcabamba abandonné par les Incas et proclame la prise de la ville. Tupac Amaru et ses généraux seront ensuite capturés durant leur fuite et exécutés à Cusco marquant ainsi la fin de l’empire inca.
Sachez que la localisation de Vilcabamba la Grande fait encore débat et l’explorateur espagnol Santiago Del Valle Chousa soutient qu’Espíritu Pampa n’est pas Vilcabamba la Grande. Selon ses études des chroniques espagnoles, le véritable emplacement du site se trouverait sur les flancs du glacier Choquezafra plus loin dans la cordillère Vilcabamba. En suivant la route des conquistadors espagnols il a en effet découvert des ruines d’envergure, cachées sous la jungle dans l’une des parties les plus méconnue de Vilcabamba. Des fouilles archéologiques pourraient confirmer sa théorie dans les prochaines années !

Un commentaire sur « Les sites incas alternatifs au Machu Picchu »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.