Le Machu Picchu par Santa Teresa : la route alternative

Plutôt que de prendre le train, cette route consiste à faire le tour de la région et arriver par le Nord Ouest. La route passe par Urubamba, Ollantayambo puis par le col de Malaga (4316m) avant de plonger vers la forêt tropicale de montagne. Autant dire que ceux qui ont peur ou sont malade en voiture en montagne opterons pour le train.

Le nevado Veronica vu du col de Malaga

Note: cette route est fortement déconseillée de Décembre à Avril (saison des pluies). Les chutes de neige au col et les glissements de terrain peuvent rendre le trajet très dangereux. Globalement il faut toujours se renseigner sur l état de la route la météo et les éventuels mouvements sociaux avant de se lancer sur ce trajet (vous n’avez pas envie de dormir au col dans la neige ou de finir le trajet à pieds à cause d’un blocus de route ou d’un glissement de terrain !).

Les transports

Il existe des bus, des mini vans et des taxis qui partent de l’Av. Antonio Lorena au croisement avec la rue Reverando Padre Manya (demandez simplement à votre taxi les colectivos pour Quillabamba). Tous ces transports vont jusqu’à Quillabamba et il vous faudra descendre avant, à Santa Maria. Pas d’inquiétude, tous les chauffeurs savent que vous allez à Machu Picchu… Le prix du transport va de 15 à 35 soles en fonction du véhicule, il est possible de privatiser une voiture en payant tous les sièges (utile si vous voulez faire des arrêts en route). Tous ces transports passent par Ollantaytambo, il est donc possible de les prendre aussi au départ d’Ollantay, toutefois, il n’est pas garanti de trouver une place, mieux vaut vous renseigner auprès de votre hôtel qui pourra sûrement vous trouver une place dans un colectivo moyennant une commission.
Descendre a Santa Maria, une bourgade de bord de route ou vous pouvez manger, aller aux toilettes ou acheter des fruits. Des chauffeurs vous sauterons dessus pour vous emmener soit à Santa Teresa (hôtels, restaurants, activités touristiques) soit directement jusqu’à la centrale hydroélectrique appelée Hydroelectrica, la fin de la route dans cette vallée.Si vous n’avez pas prévu de dormir a Santa Teresa vous pouvez aller directement à Hydro et commencer la marche vers Aguas Calientes (10km, 3h de marche).

Santa Teresa

Si beaucoup de gens utilisent cette route alternative pour économiser quelques Soles sur le prix du train, il me semble plus judicieux de l’utiliser pour découvrir d’autres choses. Le principal attrait de Santa Teresa réside dans ses sources thermales, appelées Cocalmayo, idéales si vous arrivez de trek ou du Machu Picchu. D’aspect naturel, ces sources sont propres et bien aménagées (contrairement à celles d’Aguas Calientes, petites et crasseuses), grand bassins, bar, cabines pour se changer… De Santa Teresa, prendre un taxi ou demandez à votre hôtel de vous en appeler un (environ 30 Soles a/r attente comprise). Entrée 10 soles. Dans la vallée, il existe aussi plusieurs tyroliennes qui permettent d’observer la forêt depuis les airs. La plus sérieuse s’appelle Cola de Mono.

Dormir sur la route alternative a Machu Picchu

Selon votre programme, plusieurs points de chute pourraient vous intéresser.

Huayopata : Sur la route entre l’abra Malaga et Santa Maria, en pleine forêt de montagne, plusieurs petits hébergements offrent le gîte et le couvert. La localisation est idéal si vous voulez observer des oiseaux, découvrir la culture du thé ou du café ou visiter des ruines sur la route.

Santa teresa : le point de chute classique des voyageurs, les services sont nombreux (hôtels, restaurants, guides) mais le lieu manque de charme si l’on ne choisi pas l’un des lodges recommandés. Toutefois le gros avantage de dormir a Santa Teresa réside dans la possibilité se profiter des sources chaudes en début de soirée. Nombreux hôtels bas de gamme sans aucun charme en ville. 15-30 soles par personne.
Eco Quechua lodge : le plus bel hébergement de la ville perché sur une crête. Chambres ouvertes sur la nature, nombreux oiseaux, diner compris.
Cola de mono lodge : Le lodge du zip line situé dans la vallée du rio Sacsara
Restaurant Mijuna wasi : menus le midi, bon accueil, simple pas cher et efficace pour partir vers le Machu Picchu le ventre plein !

Mandor : Le long de la voie ferrée entre Hydro et Aguas Calientes il existe plusieurs  logements mais le plus recommandé est celui des jardins de Mandor. La famille qui gère cet hébergement/restaurant, possède une petite réserve privée visant à préserver un morceau de forêt primaire qui entoure la cascade de Mandor (observation d’oiseaux possible aux alentours). Les chambres et dortoirs sont simples mais propres (salle de bain avec eau chaude) et le lieu permet de profiter de l’ambiance de la forêt la nuit plutôt que du chaos d’Aguas Calientes et la localisation est stratégique si vous comptez monter à pied au Machu Picchu le lendemain matin. Le lieu est mythique c’est ici que Hiram Bingham à installé son camp sur le terrain de Melchior Arteaga la veille de la découverte de Machu Picchu lors de l’expédition de 1911. L’entrée des jardins est gratuite si vous dormez ici, sinon l’entrée coûte 10 soles. Restaurant et boxlunch en vente sur place. Ne manquez pas de vous arrêter boire ou manger quelque chose si vous êtes en route vers le Machu Picchu, dormir ici permet également de monter à pied au Machu Picchu le lendemain depuis un point stratégique (et de contribuer à un beau projet plutôt que d’engraisser le bus Consettur et les hôtels d’Aguas Calientes !).

Les ruines incas sur la route alternative

L’intérêt de cet itinéraire réside également dans les ruines incas présentes tout le long de l’itinéraire.

Incatambo (à umasbamba) : Situé a environ 10 min a pied, ce tambo (relais inca) est situé sur les restes du chemin inca qui reliait l’abra Malaga aux basses vallées.

Huamanmarca (à amaybamba) : Ce site religieux situé au bord de la route se visite en 5-10 minutes et constitue une halte bienvenue sur la route entre Cusco et Santa Maria. Les restes des immenses portes à double chambranles indique un site cérémoniel. L’entrée débouche sur une cancha entourée de bâtiments et callancas. Un bel ushnu (plateforme cérémonielle) s’élève au dessus des bâtiments face au glacier Veronica. Ne manquez pas les bananiers, caféiers et avocatiers autour du site.

Llactapata (à Lucma) : Pour se rendre à Lucmabamba, mieux vaut dormir à Santa Teresa et prendre un taxi tôt le matin pour rejoindre le village de Lucma. De la un sentier monte vers les ruines de Llactapata qui font face au Machu Picchu. Le sentier redescend ensuite vers Hydroelectrica. 12km +800m -1000m.

Le chemin inca du Yanantin : Situé face à Machu Picchu, ce tronçon de chemin inca monte droit vers le cerro Yanantin. Ce chemin impressionnant est rarement déboisé et l’accès à cette zone est normalement interdit, mais je suis allé vous le prendre en photo quand même !

Les trois vues sur la rando le long de la voie ferrée : Voir les touristes courir le plus vite possible vers le Machu Picchu (dont certains avec des écouteurs et de la musique) le long de la voie ferrée m’a toujours laissé perplexe. Certes au mois d’ août en journée il y a du monde mais tôt le matin et/ou hors saison vous pourrez peut être croiser des coqs de roche péruviens, des perroquets, des colibris ou autres oiseaux exotiques et avec beaucoup de chance des coatis ou des ours à lunettes. Voici aussi quelques éléments que vous pourrez voir à coup sur :

  • Pierre cérémonielle inca : Lors de votre arrivée a Hydro electrica, vous constaterez qu’il existe plusieurs voies ferrées et qu’il vous faudra monter vers la troisième voie située au dessus de la gare pour pouvoir aller vers Aguas Calientes. Suivre les premiers chemins ou les panneaux « vers Machu Picchu » vous fera manquer la pierre cérémonielle inca. Passer la gare et les premières échoppes avant de bifurquer à droite (n’hésitez pas a demander le chemin aux vendeuses) traverser une plantation de bananes avec quelques murs incas puis une deuxième voie ferrée avant de finalement trouver le secteur cérémoniel inca constitué de deux superbes rochers taillés. Depuis cet endroit on distingue facilement Machu Picchu au sommet de la montagne. Note : Attention, vous marchez sur/a côté d’une voie ferrée où circulent des trains, pensez à rester attentifs à leurs passages, ce sont des locos diesel qui klaxonnent sans arrêt, normalement pas de risque de les rater à moins d’être sérieusement bouché. Pensez aussi que le train est légèrement plus large que la voie ferrée, bref rangez vous quand le train arrive…
  • Vues sur le Machu Picchu : Le truc typique que 80% des touristes ratent à tous les coup parce qu’ils courent. Juste avant de traverser le grand pont métallique sur l’Urubamba, levez les yeux vers la montagne, vous verrez le Machu Picchu et l’ancien chemin inca du pont inca. Vous retrouverez le pont métallique et la centrale hydroélectrique vu de dessus depuis la place des temples lors de votre visite du site. Depuis la roche sacrée d’Hydroelectrica, on observe également le Machu Picchu à travers les arbres.
  • Vue sur les terrasses incas du Hayna picchu : Lorsque la voie ferrée est au bord de l’Urubamba, pensez à regarder les abords du cerro Huayna Picchu, vous pourrez observer des secteurs de terrasses incas (plus ou moins bien dégagées, selon si le ministère de la culture à bossé ou non). Un peu après Mandor lorsque la voie ferrée frôle une grande falaise de granite, pensez à lever les yeux pour voir Machu Picchu et les secteurs de terrasses en contrebas du site.

Le saviez-vous ?

  • Le col de Malaga est l’un des col le plus souvent fermé pour cause de neige !
  • L’inca jungle trail est le trek le plus souvent vendu comme alternative au chemin inca de Machu Picchu (et l’un des plus pourris du Pérou au passage !), il passe par Malaga et propose VTT, rafting et marche jusqu’à Santa Teresa. Pourtant il passe à coté des attractions les plus intéressantes de la région et possède des défauts impardonnables comme du VTT sur un route goudronnée, de la marche sur des pistes poussiéreuses et inintéressantes… bref suivez mon guide et faites votre propre excursion.
  • La voie ferrée de Santa Teresa à Aguas Calientes subit de fortes transformations depuis quelques années à cause de l’augmentation du tourisme. Les cahutes de bord de voie ferrées se multiplient et vendent maintenant des glaces, des tacos et des burgers. Avant gérés par des habitants de la vallée ces négoces commencent à se louer à des étrangers. La faune est de moins en moins visible probablement à cause des hordes de routards bruyants. Le fleuve Urubamba est de plus en plus puant en fin de saison sèche, le niveau à fortement diminué à cause des barrages et tous les égouts d’Aguas Calientes et de la vallée sacrée terminent ici (sans traitement préalable). Bref passer par la voie ferrée de Santa Teresa c’est aussi découvrir l’impact environnemental, économique et social de Machu Picchu sur la région…

Un commentaire sur « Le Machu Picchu par Santa Teresa : la route alternative »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.